Bienvenue chez CENTURY 21 Saint Gildas, Agence immobilière ST GILDAS DE RHUYS 56730

Cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques samedi 6 août 2016

Publiée le 03/08/2016

Cordon1.jpg

Rencontre : Audrey Cordon, du club de Josselin aux Jeux Olympiques de Rio !

Originaire de Plumieux, à deux pas de La Trinité-Porhoët, Audrey Cordon, cycliste professionnelle de 26 ans, s'apprête à participer aux Jeux Olympiques de Rio. Pour l'occasion, celle qui vient à nouveau de décrocher le titre de championne de France du contre-la-montre se confie.

> Quand et comment est née ta passion pour le vélo ? Avec le recul, que t’a apporté ce monde si particulier ?

Mon papa et mon oncle étaient tous les deux cyclistes et c’est par ce biais que j’ai commencé. Avec le recul, cela m’a TOUT apporté, j’ai construit ma vie autour du cyclisme et c’est aujourd’hui mon métier.

“C’était l’époque de l’insouciance”

> Tu as 10 ans lorsque tu deviens licenciée au club de Josselin. Quels souvenirs en gardes-tu ?

J’en garde un super souvenir, c’était l’époque de l’insouciance. Je montais sur mon vélo, sans réfléchir à combien de kilomètres ou de temps je devais faire, c’était juste de l’amusement. Je me souviens même avoir commencé le vélo sur route avec un VTT, des baskets et un casque de roller !

> Tu as atteint le niveau professionnel en 2008. Comment y es-tu arrivée selon toi ? Etait-ce une finalité pour toi ?

J’ai intégré le monde de l’élite au sein de l’équipe Vienne Futuroscope et c’était pour moi un rêve. J’étais une très bonne cycliste dans les catégories jeunes et c’est tout naturellement que j’ai pu intégrer une structure qui pouvait m’aider à grandir encore.

“Je ne lâche rien”

Je pense être quelqu’un de tenace, je ne lâche rien et j’ai un caractère bien trempé qui me permet de passer outre les obstacles.

> Championne du Morbihan, de Bretagne, de France, vice-championne d’Europe… Tu as rapidement raflé les titres ! Peut-on connaître ta recette du succès ?

Je suis tout simplement restée la même. Je n’ai pas changé, j’ai gardé ma ligne de conduite et j’ai toujours fait au mieux pour n’avoir aucun regret.

“Je n’ai aucun regret”

> Il y a deux ans, tu as fait le choix de l’équipe anglaise Wiggle High5. Pourquoi ?

Comme tout athlète cycliste professionnel, homme ou femme, nous sommes licenciés en France dans un club, puis faisons partie d’une structure professionnelle.

Pour ma part, je suis licenciée à Loudéac et je fais partie de l’équipe Wiggle High5. Pour cela, j’ai quitté Vienne Futuroscope. J’avais envie de me lancer un nouveau challenge à l’étranger et de partir à l’aventure. Je n’ai aucun regret, car c’est une expérience unique et géniale !

“Je sais à quoi m’attendre”

> Il y a quatre ans, tu as pour la première fois été sélectionnée pour les JO de Londres, où tu as fini 15e au chrono. Une expérience essentielle qui, on l’imagine, te sert et te servira pour ta participation aux JO de Rio ?

Oui, tout à fait. Londres aura été une grande surprise pour moi, car je n’avais pas pensé y participer. En allant à Rio, je sais à quoi m’attendre, je connais l’organisation et je serai dans une vraie dynamique de performance.

Notre actualité